Le manteau du Jardinier

ANNÉE 2020

déméter

Le manteau du Jardinier
23 janvier – 7 mars 2020

Le manteau du Jardinier

Le manteau du Jardinier

déméter ne peint jamais la surface des choses. Elle aime sonder les profondeurs, aller au-delà des évidences. Il ne faut pas s’y tromper. Derrière la nature bien rangée d’un jardin dans son manteau, s’en trouve une autre, sauvage, sans artifice ni filet, celle des bourrasques fortes, des odeurs irrégulières et du hasard.

Lire la suite +

déméter aime les graines dispersées par le vent, les plantes qui prolifèrent, les espèces parasites qui s’accrochent à d’autres et s’accouplent. Elle aime aussi le fracas des tempêtes, les fleurs d’iris fanées, les pétales tombés, le bois brisé qui se putréfie après l’orage. Elle aime, on le pressent dans ses dessins à l’encre, les animaux qui se dévorent et se battent, gueules grand ouvertes dans la nuit, pelage mouillé par la peur. Elle peut crier, déchirer et mordre. Elle connaît la vie violente et qui brûle. Voilà ce que disent les dernières toiles de déméter. Comme la déesse des moissons descendue aux enfers pour y chercher sa fille, elle parcourt d’autres mondes, dissimulés, beaucoup plus troubles et noirs.

Adrien Homécourt 13 janvier 2020

Replier -

En savoir plus


Olivier AUBRY
Tomomi YANO

Grandeur nature
12 septembre – 30 octobre 2020

 

Olivier AUBRY écoute d’abord son assistante lui expliquer un paysage japonais. Après de nombreux croquis, après réflexion, il commence à appliquer plusieurs couches de peinture  sur la toile, et ensuite, avec concentration, il dessine les lignes d’un territoire idéal. Ses réflexions sur la vie s’expriment sous différentes formes de figurations.

Lire la suite +

Thierry DUPAS écrit : "Grandeur nature" célèbre les couleurs du vivant, mais avec en toile de fond l’angoisse de la disparition des paysages dont il fait l’inventaire. Car désormais, la contemplation romantique de la nature s’accompagne de l’effroi écologique. Demain, ce que nous admirons aura disparu. Dès que nous le voyons, le paysage est déjà un souvenir, un évanouissement, une relique, l’indice de ce qui a été.C’est une histoire de fantômes que raconte Olivier AUBRY, fasciné par le territoire japonais en ce qu’il représente une humble fragilité frappée par les catastrophes naturelles et humaines les plus extrêmes. Son assistante, Tomomi YANO est également artiste. Son collage minimaliste, jouant avec le vide blanc, rappelle le Karesansui (jardin japonais) où un seul monde est représenté, dans un espace délimité transmettant une sensibilité toute japonaise.

Replier -

 

En savoir plus

Jours heureux

Toko TOKUNAGA

Au – delà des rivagesL’intersection de la lumière et de la structure
Extrait de l’exposition du 16 septembre au 4 novembre 2017

Choix de petits formats
Extrait de l’exposition collective du 5 novembre au 23 décembre 2016

Hasard et Nécessité
Extrait de l’exposition du 19 mars au 16 mai 2015

Les possibles offertes par la forme géométrique

Les superpositions de tissus colorés semblent se balancer dans le vent. Et laissent entrevoir de la lumière de l’autre côté. Parfois, celle-ci se concentre en un halo lumineux mouvant. Et l’on peut se demander si elle n’est pas d’un autre monde. La peinture de Toko Tokunaga laisse notre imagination courir librement, tout en nous laissant un sentiment de frustration qu’elle n’en montre pas plus. Mais n’est-ce pas un trait du caractère japonais ?
Les points, les lignes, les surfaces sont justes des éléments géométriques fictifs qui ont perdu leurs dimensions propres. Mais Toko Tokunaga sait que ces éléments vont échapper aux intentions de l’artiste, pour devenir des représentations de bien différentes tailles et formes de ses expériences et de ses souvenirs. Ainsi Toko Tokunaga ne se préoccupe plus de l’image, tout en poursuivant inconsciemment une vive mise en forme de sa mémoire : elle jouit de sa peinture.
Que de mystères nés du pouvoir de façonnage de l’artiste, splendide fusion de son identite japonaise et des fruits de 17 ans recherches parisiennes.

Taizai MIZUKAMI 2017
Professeur de peinture à l’huile
Université d’art de Musashino, Tokyo

Le thème principal de mon travail est la mémoire, ses éléments picturaux et ses gestes. Ces dernières années, j’essaie de visualiser en couleur les fragments de mémoire qui flottent dans l’esprit des hommes. Je les ai capturés, je les ai mémorisés, avec l’idée de construire des visuels du monde de la mémoire qui ne peuvent être exprimés avec des mots.
Pourquoi ai-je choisi la couleur comme un des éléments essentiels de ma création ? Parce que mes expériences créatives m’ont permis de ressentir le sentiment concret de puissance et le pouvoir de persuasion de la couleur. J’utilise la peinture vinylique < Flashe > de Lefranc & Bourgeois sur une « toile coton semi-absorbante » préparée par mes soins.
La concordance et la réciprocité entre mon matériel et le thème de la mémoire devient un élément essentiel à ma création. Aujourd’hui, à travers ma peinture, je constate que les matériaux et les thèmes expriment toujours mieux, toujours plus, leur cohérence.

Toko Tokunaga 2017

Biographie

Née à Tokyo au Japon en 1967, vit et travaille à Tokyo, après avoir résidé en France de 1991 à 2007.

1995 École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, Diplôme DNSAP
Atelier Claude VIALLAT, Atelier Henri CLEMENT et Monique PONCELET, Atelier Pierre CARRON
1991 Université des Arts de Musashino, Tokyo, Licence d’Arts Plastiques
Prix
2008 Prix IBERICA, NY Coo Gallery, New York, États-Unis
2001 Reçu de l’aide de projet soutenu par la Fondation d’art POLA, Tokyo, Japon pour «Mémoire de la couleur au Moyen Age dans le Sud de la France »
1993 Prix de Dessin Pierre David-Weill, Académie des Beaux-Arts, Paris
Expositions récentes
2019 “Accrochage de printemps” GALERIE 48, Lyon
“CROSCURRENT The 5th US-JAPAN “Tokyo Metropolitan Museum, Japan
2018 “Fragrance” Koshundo Gallery Kofu,Yamanashi, Japon
Galerie Kinasa Irohado,Nagano Japan
“Site d’ Intersection” Sakuragi Fine Arts, Ueno,Tokyo, Japan
“Mémoire vol 12 – Éclat de couleur” MARUZEN Galley exposition depuis 2007, Marunouchi,Tokyo, Japon
2017 “Au-delà des rivages” Toko Tokunaga et Joseph PIASENTIN, GALERIE48, Lyon, France
LA ARTCORE Brewrey Annex, Los Angeles, États-Unis
2016 “Choix de Petit forma”, GALERIE48, Lyon, France
“Strip” Sakuragi Fine Arts, Ueno, Tokyo, Japon
2015 “Space of restructuration” MARUZEN Gallery, Marunouchi, Tokyo
“Hasard et Nécessité” GALERIE 48, Lyon, France
2014 LA Artcore Union Center of the Arts, Los Angeles, États-Unis
2013 “Kioku-Horizon” Sakuragi Fine Arts, Ueno, Tokyo, Japon
2012 “Hanayagu Shikisai” Pola Museum Annex, Ginza, Tokyo
2010 “150 artistes réinterprètent les 150 ans de l’Angélus de Jean François Millet” Espace Culturel Marc Jacquet, avec installations dans toute la ville de Barbizon, France
Collections publiques
Christian Fischbacher, Editeur textile, Saint-Gall, Suisse
IBERICA Clinical Research Center, New York, États-Unis
Komine Clinic, Tokyo, Japon
Consulat d’Italie à Nice, France
Musée Goya, Castres, France
Bibliothèque nationale de France, Paris, France
Poh-Chang Academy of Arts, Bangkok, Thaïlande
Burapha University, Bang Saen, Chonburi, Thaïlande
Ibaraki Kyosai, Koga, Ibaraki, Japon
Bensse Style Care Co., Ltd, Tokyo, Japon
Osaka Gakuin University, Osaka, Japon
Collections privées
en France, au Japon, aux États-Unis, en Suisse et en Thaïlande
Water in a cove

Kate VAN HOUTEN

Dialogue d’artistes, Paris-Ôsaka, Ôsaka-Paris
Extrait de l’exposition du 8 septembre au 27 octobre 2018/p>

Tout ce dont j’ai besoin pour travailler, c’est la simple vue de ce qui m’entoure, au-dessus de moi, en-dessous. Dans mon for intérieur, la complexité et l’immédiateté des pensées, des inspirations, des images virtuelles n’aspirent qu’à être débloquées. Dans cette logique, ils deviennent une peinture, une aquarelle, une plaque gravée, un livre, une pierre taillée, quelque chose de tangible pour en laisser une trace.

Kate VAN HOUTEN

Kate Van Houten suit des études de sculpture en Italie, à Milan. Suite à sa formation en Europe, elle passe par Paris et apprend la gravure sur cuivre et sur zinc ainsi que la sérigraphie dans l’Atelier 17. Elle pratique la gravure, les peintures, le dessin, les livres d’artiste. Dans les années 1990, un nouveau terrain s’ouvre à elle avec la pierre. Sa sculpture est façonnée en découvrant la forme de la pierre. Kate Van Houten explore la forme et la terre avec plusieurs moyens d’expression. Elle épouse à Paris l’artiste japonais Takesada Matsutani et se considère au carrefour de trois cultures : américaine, européenne et japonaise.

GALERIE 48

Biographie

Née dans le New Jersy aux États-Unis en 1940. Vit et travaille à Paris.

1958 – 61 Western College for Women, Miami University, Ohio, Etats-Unis
1963 – 65 Academia de belle Arte, La Bera, Milan, Italie
1967 Entrer dans l’Atelier 17, atelier de gravure dirige par Stanley Wiliam Hayter à Paris
1970 Ouvre, avec une amie, Lorna Taylor, un atelier de sérigraphie dans Paris 14eme. Takesada Matsutani y participera plus tard.
1996 Crée Estepa Editions comme véhicule de collaboration avec des artistes, des écrivains et des traducteurs
Bourse
2001,1999 Résidence à la Fondation D.A.N.A.E, Gijon, Espagne
1996,95,93 Stone Cutting Workshop, Stockholm Accademy, Gotland, Sweden
1994 Résidence à Nikko, Yamanashi, Japon
Résidence à la Fondation D.A.N.A.E. Janac, France
1985 Women’s Studio Workshop, The Artist’s Book Residency, New York, États-Unis
Expositions personnelles 2018 – 1996 ( sélection )

Depuis sa première exposition en 1968 à la Galerie Zunini à Paris, Kate Van Houten n’a cessé d’exposer en France, au Japon, aux État-Unis et en Europe dans diverses galeries.

2018 “Matsutani – Van Houten, Dialogue d’artistes, Paris-Ôsaka, Ôsaka-Paris” GALERIE 48, Lyon, France
Despalles Editions, Paris, France
2017 “Unlocking” Gallery Yamaki Fine Art, Kobe, Japon
2014 Eliane Fervet, Paris, France
2012 “Other Horizons” American University of Paris, France
2011 Galerie 49, Saumur, France
2009 LADS Gallery, Osaka, Japon
2007 Kaneko Art Gallery, Tokyo, Japon
2006 LADS Gallery, Osaka, Japon
2005 “Kate Von Houten»” Atelier 36, Charleroi, Belgique
2002 “Pierre. Plâtre. Dessin” Kaneko Art Gallery, Tokyo, Japon
2001 “Une pièce nomadique” LADS Gallery, Osaka, Japon
Gallery Tamura, Hiroshima, Japon
1999 “Cosmogonie” Fondation DANAE, Gijon, Espagne
1998 Loro Gallery, Kakogawa, Japan
1997 “Pulsations”, Le centre d’arts plastiques Albert Chanot, Clamart, France
Kaneko Art Gallery, Tokyo, Japon
1996 Galleri Bäkalyckan, Mariana Manner & Kate Van Houten Jönköping, Suède
Expositions collectives 2018 – 2006 ( sélection )
2018 Shefter Gallery, Cracow, Pologne
2016 Fredrick Müller Gallery, Franckfurt, Allemagne
2015 JARFO ART FORUM, Kyoto, Japon
2014 Handmade Books, Pace Université & Université de Wyoming, États-Unis
2012 Outotsu et ses invites, Cite des arts international, Paris, France
2011 Artists’ Books from Women’s Studio Workshop, New York, États-Unis
2010 “L’Amour de Goya” Galerie GPE, Paris, France
“Texto-Images” San Jose Costa Rica et San Francisco, États-Unis
2008 “Albâtre” Symposium et Exposition itinérante, Volterra, Italie
2007 “3 European women” Don Soker Gallery, San Francisco, États-Unis
2006 Don Soker Gallery, San Francisco, États-Unis
Expositions internationales d’estampes
2017 Impressions depuis Paris, Siauliai, Lituanie
2007,03 Chamalier, Auvergne, France
1996 4th Biennial of Graphic Art, Belgrad
1995 Biennale Internationale, Bhopal, India
1984 Norsk Biennale Internationale, Oslo, Norvège
1983 Biennale Internationale, Taipei, Taiwn
1981, 77, 71 Biennale Internationale d’Art Graphique, Ljublijana, ex-Yougoslavia
1980 Biennale Internationale, Florence, Italie.
3ème Biennale at Conde-Bonsecours, Belgique
1978,76,74 Biennale Internationale d’Art Graphique, Cracow, Pologne
1972 L’estampe à la Biennale de Venice, Italie
Biennale, Bradford, Royaume-Uni
Paris Grand Prix, Galerie du Haut-Pavé, Paris, France
Collections publiques
France Musée Municipale de la Ville de Paris
Ministère des Affaires Culturelles
Bibliothèque Nationale de Paris (Cabinet d’Estampes)
Musée du Patrimoine, La Roche sur Yon, France
Bibliothèque de Gagny, Gagny
Assistance Publique, Paris
Collection Doucet, Paris (livre d’artiste)
États-Unis Free Libraries of Boston and Philadelphia & New York.
The Chase Manhattan Bank. New York
New York Public Library, New York
Scripps, New York
Stanford University, Califorinia
Tampa Museum, Florida
Library of Congress, Washington, D.C.
Europe Centre de la Gravure et de l’Image Imprimée, La Louvière, Belgique
Bibliothèque Royale de la Belgique, Belgique
Graphisme Sammlung de ETH, Zurich, Suisse
Gutenberg Museum, Mainz, Allemagne
Leeds Library of Art, Leeds, Royaume-Uni
Victoria & Albert Museum de Londres, Royaume-Uni
Kimono saphir

Catherine VINDY


KIMONO
Extraits de l’exposition du 8 novembre au 22 décembre 2018

Cette artiste livre son monde intime en une abstraction construite, une palette d’une grande finesse et une pâte qui offre tour à tour matité et transparences avec de délicats passages. L’on pénètre dans cet univers, savourant la beauté un peu magique de ces œuvres finement travaillées en une matière domptée avec virtuosité.
Globalement non figurative, quelques légers signes concrets la rattachent toutefois à une mémoire. Il s’agit d’émotion, d’impression qu’exprime Catherine Vindy ; une histoire personnelle et universelle avec le sens de l’ellipse. Les toiles sont animées par une mystérieuse présence ; dans la géométrie de leur construction, elle laissent libre le choix de l’interprétation. Alliée précieuse, la lumière qui sourd de la forme sculpte les reliefs dans une subtile gamme colorée très délicate. Cette création silencieuse à l’indéniable esthétique s’offre dans le silence à notre réflexion. Elle convoque l’imaginaire, des bribes de souvenirs et témoigne du pouvoir de la peinture sans le secours de la figuration dans l’enchantement des formes imprévues.

Prix Monique Corpet 2018
Fondation Taylor, Paris

Biographie

Née à Dijon en 1951 et vit et travaille à Paris.

Distinctions
2018 Prix Monique Corpet, Fondation Taylor, Paris
2009 Grand Prix du Salon du Vésinet, Le Vésinet, Île-de-France
Prix du Salon des Beaux- Arts de Garches, Île-de-France
2002 Prix du Conseil général Verneuil-sur-Seine, Île-de-France
2001 Prix du Conseil général Triel-sur-Seine, Île-de-France
Expositions
2018 “KIMONO” GALERIE 48, Lyon
Salon Comparaisons, Grand Palais, Paris
Exposition personnelle, Galerie Art du temps, Drome
Exposition des lauréats, Fondation Taylor, Paris
2017 Galerie Luxart, Arlon, Belgique
2016 Artiste exposée à l’émission “thé ou café” sur France 2
Salon Arami Ermont, Île-de-France
“Inauguration” Galerie Luxart, Arlon, Belgique
2015 Salon Réalités Nouvelles, Paris
2014 Exposition personnelle, Galerie Art du temps, Drome
Salon Réalités Nouvelles, Paris
Exposition personnelle, Galerie Artligre, Paris
2013 Artiste exposée a l’émission “thé ou café” sur France 2
Salon Arami Ermont, Île-de-France
2011 Exposition à la Biennale d’Art et de littérature du Caire, Égypte
Exposition Petits Formats, Académie 25, Paris
Artiste invitée à Auvers sur Oise
Salon des Beaux Arts de Garches, Île-de-France
2010 Galerie Claire de Villaret, Paris
“Petits formats” Académie 25, Paris
Salon Comparaisons, Grand Palais, Paris
2001 Sélectionnée pour le Salon des salons de Versailles (Yvelines)
Étang du Perche

Teruhisa YAMANOBE

Contemplation
Extrait de l’exposition du 14 septembre au 26 octobre 2019


En contemplatif, amoureux de la nature, de hameaux isolés, de silence, Teruhisa YAMANOBE chante une mélodie simple et agreste. En regardant ses tableaux, l’on songe à une phrase d’André Malraux qui semble si bien leur convenir : “Toute oeuvre figurative se réfère à ce qu’elle figure et devient œuvre d’art par ce qui l’en sépare”. L’artiste possède le sens d’une lumière parfaitement répartie qui communique la vie aux éléments. D’une grande délicatesse, cette peinture sublime dessin et couleurs, oscille entre un flou voulu enveloppant prés, arbres, et la vérité du graphisme loin du pittoresque facile ; elle tente de cerner l’insondable mystère de la nature. Rien ne vient troubler la sérénité de ces lieux où la lumière éternise l’instant. Teruhisa YAMANOBE semble fasciné par cette mystérieuse beauté ; son pinceau semble parfois effleurer le support. C’est l’éblouissement d’un pommier en fleurs peint comme il évoquerait un portrait et occupant tout l’espace ou bien le peintre capte le vent agitant des oliviers en une expression dynamique.
Cet artiste fixe l’aspect fugitif d’un instant aussi bien que l’éternité dans une sorte de recueillement admiratif.

Fondation Taylor 2018

Biographie

Né en 1956 à Fukushima, Japon.
Vit et Travaille à Paris depuis 1988.

Expositions personnelles
2019 “Contemplation”  GALERIE 48, Lyon
Galerie Rauchfeld, Paris
2017 Ambassade du Japon, Bruxelles, Belgique
Galerie Art du Temps, Cléon d’Andran (Drôme), France
Galerie Art du Temps, Luxart – Arlon, Belgique
Galerie Iwaki, Fukushima, Japon
2016 Galerie Rauchfeld, Paris
2015 Chapelle Saint Libéral, Brive la Gaillarde , France
2014 Galerie Rauchfeld, Paris
Galerie Le soleil sur la place, Lyon, France
2013 Galerie Art du Temps, Cléon d’Andran, France
2011 Galerie Déprez-Bellorget, Paris
2010 Galerie Déprez-Bellorget, Paris
2009 Galerie Art du Temps, Cléon d’Andran, France
Chapelle Saint Libéral, Brive la Gaillard, France
Chapelle Santa Maria de Olivo, Beaulieu sur Mer, France
2008 Galerie Déprez-Bellorget, Paris
2007 Galerie Art du Temps, Cléon d’Andran, France
2006 Galerie Déprez-Bellorget, Paris
2004 Galerie Déprez-Bellorget, Paris
2003 Galerie Déprez-Bellorget, Paris
2001 Ministère des Finances, Paris
1997 Galerie Art Morimoto, Tokyo
Galerie I, Fukushima, Japon
1996 Galerie Wachi, Tokyo
Galerie Musashino, Fukushima, Japon
1993 Galerie Ginza Art Plaza, Tokyo, Japon
1992 Galerie Oyagi, Tokyo, Japon
1990 Galerie Junku, Paris
Expositions collectives récentes
2019 2018, 16, 15, 11, 08, 07, Salon Comparaisons, Paris
2018 Galerie du Rire Couronné, Clisson, France
Galerie Cyril Guernieri, Paris
2016 Nature et paysage, Galerie Rauchfeld, Paris
2014 MIA Seefair – Galerie Rauchfeld, Miami Floride, États-Unis
Art Palm Beach – Galerie Rauchfeld, Floride, États-Unis
2013 Red Dot Fair – Galerie Rauchfeld, Miami Floride, États-Unis
2012 Galerie Le Soleil sur la Place, Lyon
2009 Musée National de Damas, Syrie
Prix
2018 Prix Maryse Anderbouhr, Fondation Taylor, Paris
2011 Prix Eddy Rugale Michailov, Fondation Taylor, Paris
2003 Prix Marin, Salon d’Automne, Paris
1999 Prix Chardin, “Les trophées de la couleur, Tricentenaire de la naissance de Chardin” École National Supérieure des Beaux-Arts, Paris
1998 1er Prix de la Ville de Versailles “Artistes dans la Rue” Versailles

Tomomi YANO

Grandeur nature 
Extrait de l’exposition avec Olivier Aubry

Biographie

Née en 1975  à Shizuoka, Japon/
Vit et travaille à La Madeleine, proche de Lille.

depuis 2013 Assistante d’Olivier AUBRY
1993 – 1997 École d’arts de Musashino – Peinture à l’huile. Tokyo. Japon
Exposition
2020 “Grandeur nature”  avec Olivier AUBRY. GALERIE 48, Lyon
Renouveau

L’œuvre de Tomomi Yano célèbre la dualité. Ses petites toiles font dialoguer sans conflit passé et devenir, visible et invisible, intime et public, permanence et éphémère, trésor et déchet, matériel et immatériel, achevé et partiel, perfection et imperfection. De même, elle est à la fois artiste et assistante d’artiste, au point de faire de ce double statut la source de son travail. Des peintures d’Olivier Aubry mises au rebut, elle récupère les squames – de fragiles lamelles d’une riche matière picturale – et leur donne une seconde vie.

A l’écoute de son enfant intérieur, l’artiste devient alchimiste et fait œuvre à partir de ces résidus. Répandus au sol, elle voit une plage où cueillir des coquillages. À partir des extraits d’une histoire désormais illisible, la rêveuse imagine un nouveau récit aussi évocateur qu’énigmatique. Mélangés par dizaines, ils sont un gisement où elle joue à dénicher les joyaux bruts qui vont inspirer ses œuvres. Avec le choix d’une relique, la nouvelle composition s’impose à elle, tel un songe éveillé fulgurant. Dans ses carnets préparatoires, un croquis en fait trace, sans repentir ; puis vient la création de la pièce finale elle-même. Chaque œuvre est le fruit d’un travail minutieux qui tisse des vides généreux et des traits choisis – fils tendus ou dessins à main levée – autour de l’écaille de peinture recyclée et ciselée avec parcimonie.

Il nous semble alors que l’art de Tomomi Yano est cousin de l’ikebana – qui, pour citer Barthes, n’est pas tant un art des fleurs, qu’un art de la « circulation de l’air » entre des fleurs – et puise son essence dans un héritage japonais, en partie inconscient, où se mêleraient le ma – célébration du vide chargé de sens en tant qu’intervalle spatial et temporel qui réunit autant qu’il sépare deux subjectivités –, le wabi-sabi – une éthique qui prône le retour à une sobriété paisible où l’on peut reconnaître et ressentir la beauté des choses imparfaites, éphémères et modestes – ou encore le kintsugi – une philosophie réparatrice qui prend en compte le passé de l’objet abimé, et où ses failles sont soulignées d’or au lieu de les masquer.

Ici, le « presque rien » produit tout un univers : des paysages dont on ne saurait dire l’échelle, l’éloignement ou la proximité. Une poésie qui parle de pluies parfaitement parallèles, d’un bain immaculé parsemé de mondes complexes, de troupeaux fantomatiques, d’horizons multiples, de formes vides en miroir des mêmes pleines, de petites planètes avec ou sans volcan… on croirait entendre le chant d’un enfant, à moins que ce ne soit son rire.

Thierry Dupas

Accrochage de Printemps

Extrait de l’exposition du 21 mars au 10 mai 2019
* pour savoir plus cliquez sur le nom en bleu

 

Nicole  BOTTET                                                                 Hiromi  KUBOI

 

Takesada MATSUTANI                                                            Exposition

Joseph PIASENTIN                                                        Alain MENGHINI

Gottfried  SALZMANN                                                             Exposition

 

Tatsuhiro SUIZU                                                             Toko TOKUNAGA

 

Exposition                                                                          Catherine VINDY

Après la pluie

Shigemi YASUHARA

Nouvelle direction de la peinture japonaise
Extrait de l’exposition du 16 mai au 29 juin 2019

Choix de petits formats
Exposition collective du 5 novembre au 23 décembre 2016

Dialogues avec les aînés
Peinture japonaise traditionnelle par deux jeunes peintres nippons
Extrait de l’exposition du 19 mai au 2 juillet 2016

Je peins tous les jours pour exprimer la beauté de ma terre japonaise. Je suis surtout fasciné par le marronnier et le hêtre du Japon, mais aussi par les arbres qui poussent à l’état sauvage au fond des vallées montagneuses ; j’ai peint de nombreuses œuvres sur ce thème. Je pense que les meilleurs choix de matériaux et de techniques pour interpréter la nature japonaise restent ceux du Nihon-ga. Ce savoir-faire du Nihon-ga s’est transmis jusqu’à nous depuis plus de 1000 an. C’est une longue tradition de style de peinture sans équivalent dans le monde. La technique est simple mais cette simplicité permet justement de donner une tension à la ligne et de souligner la qualité des matériaux. Peindre ainsi est toujours une découverte, je profite de la texture du papier japonais et des beautés des minéraux naturels comme le vert et le bleu du lapis-lazuli.Je peins un univers qui s’enveloppe de silence.

Shigemi Yasuhara
Mai 2019

Biographie

Né à Saitama, Japon en 1984.

2016 Doctorat de recherche “Conservation et restauration de la peinture japonaise” de l’Université des arts de Tokyo
2012 Master de recherche “Conservation et restauration de la peinture japonaise” de l’Université des arts de Tokyo
2010 Licence en peinture japonaise de l’Université des arts de Tokyo
Expositions personnelles
2019 “Nouvelle direction de la peinture japonaise”, Tatsuhiro Suizu et Shigemi Yasuhara, GALERIE 48, Lyon
2018 “Shigemi YASUHARA”, Gallery Seizan, Ginza, Tokyo, Japon
2016 “Dialogues avec les aînés”, Tatushiro Suizu et Shigemi Yasuhara, GALERIE 48, Lyon
2015 “Shigemi YASUHARA”, Art Space Rashinban, Tokyo
Expositions collectives sélectionnées
2019 Japonismes 2018 “Tradition et transmission”, Médiathèque de Chamonix-Mont-Blanc, France
2018 “Tradition et transmission” 160ème anniversaire des relations entre la France et le Japon, Hôtel de Ville de Lyon, Hôtel de Ville de St Étienne, Lyon Mairie du 3ème, France
2016 3eme exposition The Housen Cultural Foundation – Sélection d’artistes, Université des arts de Tokyo, Japon
Festival des arts d’été 2016 – Exposition Œuvres des jeunes artistes prometteurs, Nihombashi Mitsukoshi Art Gallery, Tokyo
2015 Exposition Structure de l’espace, Iwasaki Museum, Yokohama, Japon
2014 INTEN* Saiko, Institut d’art du Japon, Tokyo
MUKYU NO KAI, Nihombashi Mitsukoshi Art Gallery, Tokyo
2013 INTEN* Saiko, Institut d’art du Japon, Tokyo
INTEN* Printemps, Institut d’art du Japon, Tokyo
2012 Exposition d’achèvement en équipe de la Grande peinture murale du Temple Komyoin, Kawasaki
Fei Art Museum Yokohama, Kanagawa
YUGA NO KAI, Ikebukuro Seibu Art Forum, Tokyo
GEIDAI ART x ROMANIAN ART 2012, Hotel Chinzanso Art Gallery, Tokyo

*INTEN : Exposition et Concours historique de peinture japonaise après sélection préliminaire organisé par l’Institut d’Art du Japon.

Prix
2016 Prix de l’Art et de la Culture Ikuo Hirayama – Université des arts de Tokyo
2015 Nomura Art Prize – Nomura Foundation de Tokyo
2011 Prix d’encouragement – Université de médecine et d’odontologie de Tokyo
2008 Prix Ataka – Université des arts de Tokyo
Commandes / Restaurations (sélection)
2017 Deux peintures de Boudda, salles principales, Houshouin (temple) et Saitama, Japon
Peinture murale, Saihouji (temple), Japon
2015 Peinture d’un plafond, Yamatsumi Shrine, Fukushima, Japon
2012 Peinture sur colonne, chargé des couleurs, Temple Kakurin-ji, Hyogo, Japon
2011 Sculpture au sanctuaire shinto Okunitama-jinja, chargé des couleurs, Fuchu, Tokyo
Collection
Privées : en France et au Japon
Publique : Université des arts de Tokyo

ANNÉE 2019

Frédérique JEANTET
Bernard LAURAND 

Minéral et Apparence
7 novembre – 22 décembre 2019


Teruhisa YAMANOBE
Gottfried SALZMANN
14 septembre – 31 octobre  en cadre de Biennale de Lyon


Tatsuhiro  SUIZU
Shigemi  YASUHARA

Nouvelle direction de la peinture japonaise
jeudi 16 mai – samedi 29 juin 2019


Accrochage de Printemps
jeudi 21 mars – samedi 4 mai 2019 


Mieko TADOKORO
Motoko TACHIKAWA 

Réflexion(s)
24 janvier – 9 mars 2019

ANNÉE 2018

Yuco OYA- SATO
Catherine VINDY
KIMONO
Kimonos et Peintures, Foulards de Danielle BOISSELIER
8 novembre – 22 décembre 2018


Takesada MATSUTANI
Kate VAN HOUTEN
Dialogue d’artistes, Paris – Ôsaka, Ôsaka – Paris

8 septembre – 27 octobre 2018


Sandra MARTAGEX
Jardins électriques
17 mai – 30 juin 2018


Nicole BOTTET

Éclats de temps
15 mars – 5 mai 2018


Anne BERTOIN
STRESS TEST
25 janvier – 3 mars 2018

ANNÉE 2017

Henri  BAVIERA   peinture
Jane  NORBURY  sculpture
Interface du vivant
9 novembre – 23 décembre 2017



Toko TOKUNAGA

Joseph PIASENTIN
Au – delà des rivages
L’intersection de la lumière et de la structure
16 septembre – 4 novembre 2017




Josef  CIESLA

L’Autre
d’après le poème d’Andrée Chedid
jeudi 18 mai – samedi 1 juillet 2017



Serge SAUNIÈRE

Peintures
jeudi 16 mars – samedi 6 mai 2017



Didier HAMEY

Gravures
Amulettes et pain d’épices
4 février – 11 mars 2017

Choix de Petits formats

Extrait de l’exposition collective du 5 novembre au 23 décembre 2016
Nicole  Bottet (France)                                            Claire DUBREUCQ (France)

  Yuki  KAMIDA (Japon)                                      Joseph  PIASENTIN  (Etat-Unis)                     

Campbell  SANDILANDS (Ecosse)                        Motoko  TACHIKAWA (Japon)

 Toko TOKUNAGA (Japon)                                     Shigemi YASUHARA (Japon)