Collage 4.15.17

Joseph PIASENTIN

Au delà des rivagesL’intersection de la lumière et de la structure
Extrait de l’exposition du 16 septembre au 4 novembre 2017

Choix de petits formats
Extrait de l’exposition collective du 5 novembre au 23 décembre 2016

Mon travail est la conséquence d’un processus. Plutôt qu’une image, chaque œuvre est un objet créé à travers la succession des actions et des réactions aux propriétés des matériaux employés, ainsi qu’à leurs relations. J’obéis à l’instinct qui me guide parmi de nombreuses options, le processus de création devenant une exploration intuitive des différentes possibilités. Des impératifs se manifestent alors au sein des connexions découvertes, du motif réalisé et de l’association sélectionnée, ce qui aboutit à la création d’une réalité autonome.
Comme un acte de foi, la réponse instinctive que je trouve en moi guide le processus, révélant ma nature même.

Joseph PIASENTIN, 2017

Joseph Piasentin, New Work

Les collages peints de Joseph Piasentin réjouissent le regard en laissant apercevoir la joie sans mélange que l’artiste éprouve au cours du processus créatif. Son travail s’inspire de la diversité des matériaux qu’il choisit. II dialogue avec leurs ressources tactiles, leurs textures, leurs motifs et leurs couleurs pour aboutir à un objet à la fois intime et plein de variété. Chaque couche estompe et révèle en même temps un travail sous-jacent et magistral, base sur laquelle l’œuvre prend forme. L’intuition s’affirme à mesure que l’artiste élabore sa composition, et de là naît un chef-d’œuvre.
Pour reprendre les propres mots de l’artiste : « Je considère mon travail comme un résultat de ce que je suis. Ce n’est pas une image, mais plutôt un objet qui se crée à partir d’un amalgame entre les matériaux et la réponse que je leur apporte ; entre les matériaux et ma réaction à eux et avec eux. Bien que des associations se produisent éventuellement, le résultat de la combinaison de ces matériaux, y compris la peinture, n’imite rien mais trouve une certaine réalité autonome. »
Chaque pièce est une mélodie visuelle qui nourrit l’âme par ses rythmes optiques. Elle installe un va-et-vient de relations spatiales par un recours maîtrisé aux vibrations des couleurs contrastantes . La profondeur qui en résulte est une métaphore des riches expériences qui se superposent dans la vie, un aperçu du processus qui célèbre la vertu la plus élémentaire de celle-ci – être dans le moment.

Donna Granata, 2017
Fondateur / Directeur exécutif
Focus on the Masters

Biographie

Né en 1950 aux États-Unis à San Mateo en Californie, vit actuellement à Ojai en Californie.

1977 Université Stanford, Californie, États-Unis
Master of Fine Arts Degree-Peinture
1974 California College of the Arts, Oakland, États-Unis
Bachelor of Fine Arts Degree
Expositions sélectionnées
2019 “The 5th Crosscurrent,” Tokyo Metropolitan Art Museum, Tokyo, Japan
2018 “LELA International,” Nagasaki Fine Art Museum, Nagasaki, Japan
“LELA International” Yokohama Citizen Gallery Art Forum, Yokohama, Japan
2017 “Au delà des rivages” Joseph PIASENTIN et Toko TOKUNAGA, GALERIE48, Lyon, France
2016 “Choix de Petits formats” GALERIE48, Lyon
Sakuragi Fine Arts, Tokyo, Japon
2015 Maruzen Gallery, Marunouchi, Tokyo, Japon
2014 Long Beach Museum of Art, Californie, États-Unis
2013 Gallery Andromeda Contemporaneo, San Jose, Costa Rica
2012 Andrew Shire Gallery, Los Angeles, Californie, États-Unis
2010 LA Artcore, Los Angeles, Californie, États-Unis
2007 Gail Harvey Gallery, Santa Monica, Californie
2003 Sunam Gallery, Busan, Corée du Sud
1997 University of Madrid, Madrid, Espagne
1993 Galerie Markant, Langelo, Pays-Bas
1987 Brandstater Gallery, Loma Linda University, Riverside, Californie
1983 Union Gallery, San Jose State University, Californie
1979 The Phillips Collection, Washington D.C. États-Unis
Collections publiques
Ville de Lyon
American Airlines
Bank of America, San Francisco, California
BL Walters Companies of Denver
Boston University
Burapha University, Chon Buri, Thailand
Continental Bank of Chicago
Earl Witsher Collection
Gerald Rosencranz Collection
Kelly Drye & Warren Law Firm
Komstar Inc. of Los Angeles
Long Beach Museum of Art
National Museum of Contemporary Art, Seoul Grand Park, Korea
Nippon Express USA Travel Inc.
Rajamangala University, Bangkok, Thailand
South Bay Contemporary Museum, Torrance, California
Sriakharinwirot University, Bangkok, Thailand
Stanford University
Taiwan Museum of Modern Art, Taichung, Taiwan
Thailand Cultural Center, Bangkok, Thailand
Ventura Municipal Art Collection, Ventura, California
A. Poupel - Saison 5 - 1

Antoine POUPEL

Paysages introspectifs – Saison 5
Exposition collective du 20 mars au 17 mai 2014

PERCEPTIONS – Saison 5
Extrait de l’exposition du 1er décembre au 28 décembre 2012

Zingaro
Extrait de l’exposition du 10 mars au 15 avril 2012

“Je suis préoccupé par l’étymologie même du terme photographie, il est bien question de peindre, de dessiner. Ainsi la notion d’auteur demeure centrale dans mon travail, si j’ai choisi le médium photographique, c’est pour déconstruire son caractère mécanique, réintroduire la part de l’artiste qui utilise la lumière comme une matière picturale. Les monotypes que je réalise subissent divers traitements, qui les rendent uniques mais tout en renforçant leur spécificité photographique. J’agis avec la chimie comme un peintre avec sa palette, celle-ci est toujours le réceptacle (le révélateur) de la lumière avec laquelle je dessine.”

Antoine Poupel

Saison 5

Je me suis promené au gré des saisons à travers le Japon, parfois en France.
Au cours de quatre voyages j’accumule des images, vu de nombreux lieux, et souvent représenté des aspects du paysage.
Le thème des saisons au Japon a tellement été travaillé, interprété, que de nombreuses références ont fini par me gêner.
Ces photographies sont de petits moments d’illuminations et d’émerveillements. J’ai voulu créer ma propre saison.
II en résulte une réinterprétation par montage d’élément divers, Accompagnant des photographies directes, plus réalistes des quatre saisons.
Cette création est un mélange d’images, qui peut créer une atmosphère surnaturelle.  J’ai souvent montré ma capacité à la transformation des images, au déplacement physique du regardeur pour scruter l’image ; j’aime que le spectateur se perde parfois. Questionnement sur l’image, mais aussi sur la nature, préoccupation majeur de ce début de XXl eme siècle.
Qu’est-ce que je vois ?

Zingaro

Antoine Poupel aime à dire qu’il n’y connaît rien aux chevaux, cet éternel novice de l’art équestre n’est alors pas tenté de photographier la vraisemblance “hippologique”. Celui-ci met de la distance avec son sujet : celle de son objectif photographique qui révéler et réinterpréter depuis plus de vingt ans, les fresques chorégraphiques du théâtre équestre de Zingaro. Véritable “compagnon d’Art” de Bartabas, il a partagé le quotidien de cette troupe, l’a accompagné à travers le monde : d’Aubervilliers à New-York, de Moscou à Tokyo. Cette rencontre “fraternelle”, entre deux formes artistiques est née d’une véritable poésie visuelle.

Biographie

Né en 1956 au Havre, France. Vit et travaille à Paris.

1982 Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique
1984 – 1985 Pensionnaire à l’Académie de France à Rome
1987 Lauréat de la Bourse de Recherche et de Création Léonard de Vinci, pour le Mexique et le Brésil, par le Ministère des Affaires Etrangères
1990 Formation aux Nouvelles Technologies de l’Image (C.N.A.P.)
1992 Bourse du fond d’incitation à la création du Centre National des Arts Plastiques, pour le projet Portraits de Personnalités

Son travail artistique avant-gardiste, questionnant les limites picturales et chimiques de la photographie l’a fait connaître dans le monde entier et lui a ouvert les portes des institutions photographiques les plus prestigieuses ainsi que celle du cabaret Crazy-Horse et du théâtre équestre Zingaro.

Le photographe partage aujourd’hui sa vie entre la France et le Japon, pays dans lequel il jouit d’une forte reconnaissance artistique.
Il a publié de nombreux livres et réalisé de nombreuses expositions en France, en Russie, aux État-Unis, en Europe et au Japon.

Collections
Fond National d’Art Contemporain
Fond Régional d’Art Contemporain de Haute Normandie
Fond Régional d’Art Contemporain d’Ile de France
Musée des Beaux-Arts du Havre
Musée d’Art et d’Archéologie d’Aurillac
Musée d’Art Moderne de la ville de Paris
Artothèque de Toulouse
Maison de la Culture du Havre
Bibliothèque Nationale, Paris
Maison Européenne de la Photographie, Paris
Caisse des dépôts et consignations de Picardie
Agnés B
Chanel K.K.
Musée Métropolitain de la Photographie, Tokyo, Japon
Musée Kasama Nichido, Ibaraki, Japon
Musée Kawaguchiko, Yamanashi, Japon
Particulières
VAGUES ROUGES

Gottfried SALZMANN

Résonance de la 15ème Biennale d’art contemporain de Lyon
Exposition du 14 septembre au 26 octobre 2019 a la galerie
Exposition du 18 septembre au 5 octobre au loft 4.40 a Lyon

Accrochage de printemps
Extrait de l’exposition collective du 21 mars au 4 mai 2019

Gravures d’aujourd’huiSix artistes contemporains
P. ALECHINSKY – Hervé DI ROSA – Speedy GRAPHITO – CH. PEDERSEN – G. SALZMANN – R. TEXIER
Extrait de l’exposition collective du 10 septembre au 29 octobre 2016

Un regard au pluriel
Extrait de l’exposition du 5 novembre au 20 décembre 2015

Cityscapes
Extrait de l’exposition du 7 septembre au 31 octobre 2013

…Rétrospectivement, on constate du reste combien ses aquarelles, remarquables tant par leur technique que par leurs motifs, ont toujours entretenu un dialogue vivifiant avec d’autre groupes d’œuvres, qu’il s’agisse des collages et des dessins au fusain des débuts ou des photographies qui viendront par la suite et qui trouveront, là aussi, à s’intégrer de de façons particulière dans son univers artistique.
Le travail de Salzmann, indépendamment du procédé utilisé, s’inscrit toujours dans un contexte biographique et artistique. …Les vues urbaines, d’une part, et les paysages, de l’autre, sont autant de champs de tension qui s’expriment tantôt dans des nuances vaporeuse, tantôt, dans des aplats colores et dynamique. Salzmann aime à jouer avec toutes sortes de notions de la réalité. Le regard réel, l’œil photographique, la perception des reflets, le vécu actif, les émotions et le ressenti – c’est tout cela que l’artiste fait interférer et concentre dans l’image. Mais, au–delà de cette pluralité, chaque œuvre s’avère comme une expérience tout à fait personnelle de la nature, de la ville, des paysages, comme une expérience sensorielle que l ‘artiste traduit brillamment, avec une grande intelligence esthétique.

Martin Hochleitner, Directeur du Musée de Salzbourg
Extrait de l’avant–propos du livre GOTTFRIED SALZMANN, Cityscapes

Dans le domaine de l’art à la fin du XXe siècle, il existe une technique tabou aux yeux des avant-gardistes : l’aquarelle. Cela est d’autant plus étonnant que le développement de l’art, depuis les années 1960, ne connaît absolument plus de limites esthétique ni technologiques.
La liberté de création permet à l’artiste de recourir à tous les matériaux et a toutes les techniques allant des formes d’expression industrielles aux formes d’expression artisanales traditionnelles. Seule l’aquarelle semble être corrompue par l’abus des cours sans originalité destines aux peintres amateurs, de la Toscane au nord de l’Allemagne. Cela accroît aussi le sentiment d’une injustice historique, laquelle est d’autant plus inexplicable que la première moitié du XXe siècle a vu encore quelques-uns des artistes les plus remarquables démontrer leur talent d’aquarellistes, Paul Klee ouvrant la marche avec d’autre artistes du Cavalier Bleu (der Blauer Reiter).
Faire de l’aquarelle dans ce contexte typique de l’époque semble donc tout aussi risqué que de se spécialiser dans les vues topographiques : vedute urbaines et paysages. Gottfried Salzmann lève radicalement un tabou en se consacrant à ces motifs si longtemps dédaignés. II utilise en effet une technique frappée d’un verdict esthétique qui a toutefois déjà trouvé son grand maître, dans un autre style en la personne du vieil Oskar Kokoschka. Et pourtant, on ne pourrait pas s’imaginer plus grande différence entre les dessins de Kokoschka à l’aquarelle et la technique humide sur humide, unique en son genre, de Gottfreid Salzmann. Salzmann est en effet beaucoup plus proche d’Emil Nolde et de William Turner, parfois également de Rudolf von Alt, et du peintre de Graz, toujours autant sous-estime, Wilhelm Thöny. Salzmann reste cependant unique, tant sur le plan de composition qu’au niveau des couleurs. Bien que la virtuosité ne soit plus depuis longtemps gage de qualité artistique, on ne peut s’empêcher de considérer Gottfried Salzmann comme l’aquarelliste probablement le plus virtuose et le plus complexe des dernières décennies. Salzmann sait faire du papier blanc exempt de tout pigment un support expressif aussi important que la couleur et dans le même temps un élément stabilisateur pour ses compositions. Ses éclaboussures d’eau et de couleurs, comme reparties au hasard sur le papier, sont d’une délicatesse qui n’a rien de doux ou de superficiel en soi, pour la simple raison que celle-ci fait partie, dans un équilibrisme japoniste, de la conception d’ensemble : elle n’est jamais une fin en soi.
Pour l’Albertina, la collection d’aquarelles de Salzmann, propriété du musée, compte parmi les plus précieux trésors.

Klaus Albrecht Schröder
Conservateur en chef du Musée Albertina – Vienne

Biographie

Né à Saalfelden (près de Salzbourg, Autriche) en 1943 et vit à Paris.

1963 – 1965 École des Beaux–Arts de Vienne, Autriche
1965 – 1968 École Nationale Supérieure des Beaux–Arts de Paris, France
Prix
1972 Prix de dessin David-Weil, Paris-Prix Theodor Körner, Vienne, Autriche
1975 Grand prix de dessin de la “Salzbuger Wirschantskammer”, Autriche
1977 1er prix international pour l’aquarelle à Rome, Italie
Expositions personnelles

Après ses études à l’École des Beaux-Arts de Paris, dès 1973, la date de sa première exposition, il entreprend une carrière internationale renommée. Il a, depuis, réalisé plus de 300 expositions personnelles. Ses peintures sont représentées en permanence en Allemagne, en Angleterre, en Autriche, en Belgique, aux États-Unis, en France, en Hongrie, au Japon, au Liechtenstein, aux Philippines, en Pologne et en Suisse.

Expositions dans les Musées et Expositions récentes
2019 Art Fair Vienne, Autriche
Art Fair Karlsruhe, Allemagne
2018 Urban Art Paris,  Galerie Knafo
Museum Schloss Ritzen, Saalfelden, Collection Biering, Autriche
2017 Salon Champs Élysées. Galerie Knafo
2014 Museum Schloss Ritzen, Saalfelden, Autriche
2013 Rétrospective au Musée de Salzbourg, Autriche
2012 Kubinhaus Zwickledt, Zwickledt, Autriche
Oberösterreichisches Landesmuseum, Linz, Autriche
2009 Le Carmel, Tarbes, France
2008 Espace Raymond Moretti, Paris La Défense, France
2006 Ouverture de la Salle Gottfried Salzmann : une salle consacrée à son travail au Musée de Salzbourg, Autriche
2003 Museum Carolino Augusteum, Salzbourg, Autriche
2001 – 02 Musée de Saint-Maur-des-Fossés, La Varenne, France
1998 Palais Bénédictine, Fécamp, France
1996 Centre d’Art Contemporain, Rouen, France (avec Nicole Bottet)
1993 Musée de la Seita, Paris, France
1991 Museum der Moderne Rupertinum, Salzbourg, Autriche
Musée métropolitain de Manille, Philipines
Oberösterreichisches Landesmuseum, Linz, Autriche
1987 Städtische Sammlungen Schweinfurt, Allemagne
1982 Musée Albertina (Prunkräume), Vienne, Autriche
1973 Maison de la Culture, Amiens, France
Collections publiques
Ville de Lyon
Albertina Museum, Vienne, Autriche
Museum der Moderne, Salzbourg, Autriche
Musée de Salzbourg, Autriche
Oberösterreichisches Landesmuseum, Linz, Autriche
Museum Essl, Kunst de Gegenwart, Klosterneuburg, Autriche
Musée de la Ville de Paris, France
Bibliothèque Nationale de Paris, France
Museum Séoul, Séoul, Corée du Sud
Musée Jenisch Vevey, Suisse
Kunstmuseum, Vaduz, Liechtenstein
Metropolitan Museum, Manille, Philippines
Sammlung Leopold, Vienne, Autriche
Strabag Kunstforum, Vienne, Autriche
Musée de Montbeliard, Montbeliard, France
Leopold Hoech Museum, Düren, Allemagne
Museum Ferdinandeum, Innsbruck, Autriche
SL Green Reality Corporation, New York, États-Unis
AIG/American International Group, Inc. New York, États-Unis
Bain Capital Asia, LLC, Hong Kong, Chine.. Etc.

Campbell SANDILANDS

Choix de petits formats
Extrait de l’exposition collective du 5 novembre au 23 décembre 2016

Paysages introspectifs
Ses séries de Mokuhan-ga par la technique d’Ukiyo-é, Monotypes
Extrait de l’exposition collective du 20 mars au 17 mai 2014

Retrouve Shingai Tanaka
Extrait de l’exposition du 7 novembre au 21 décembre 2013

Le sous-titre de l’exposition, “Retrouve..”, symbolise la rencontre des œuvres de deux esprits créatifs, celui de mon regretté maître de calligraphie au pinceau, Shingai Tanaka et le mien.
Jeune homme, j’ai vécu au Japon pendant sept ans, complétant mes Masters en Beaux-Arts à Tokyo avant de partir m’installer à Kyoto. J’ai passé les quatre années suivantes sur place à étudier la calligraphie au pinceau sous l’égide de Shingai Tanaka.
“Retrouve..”, tenue à la GALERIE 48, est la troisième exposition regroupant nos œuvres en dehors du Japon, la première s’étant déroulée à Édimbourg en 2001 et la seconde à Lyon en 2005, c’est d’ailleurs durant cette dernière que j’ai vu Shingai pour la dernière fois.
Etudier la calligraphie au pinceau pendant une si longue période m’a permis de me faire une idée de la philosophie orientale, et m’a orienté vers une approche plus méditative, plus abstraite de mon travail. Un fort intérêt pour la spiritualité marié à un sens de l’esthétique à l’orientale ont permis la réalisation d’œuvres contemplatives qui reflètent mon propre rapport à la spiritualité dans mon chemin de vie.
Travailler sur “Retrouve..” m’a permis de revisiter la structure de mon travail en le rendant plus calligraphique : en utilisant de l’encre sumi pour tracer des lignes au pinceau, puis une technique de surimpression à partir de blocs de bois aux couleurs et textures douces. D’autres œuvres se caractérisent par une impression chargée sur des blocs de bois, à la surface desquels la ligne calligraphique a été gravée. Utiliser du papier oriental fabriqué à la main rajoute une certaine dimension au subtil effet de superposition du tracé calligraphique. Peut-être cela symbolise-t-il les multiples couches qui constituent nos vies, ou alors le voile fin qui sépare le monde tel que nous le percevons de celui qui se trouve au-delà de notre entendement.

 Campbell Sandilands,
Édimbourg, octobre 2013

Biographie

Né à Perth (Écosse) en 1962, vit et travaille à Édimbourg en Écosse.

1989 – 93 Sho International, Kyoto, Japon, Etude de la calligraphie au pinceau (sho)
1987 – 89 Université des Beaux-Arts de Tama, Tokyo, Japon, MA Beaux-Arts
1987 – 89 Académie Yoshida Hanga, Tokyo, Etude de l’impression traditionnelle sur bois (hanga)
1984 – 85 Duncan of Jordanstone College of Art, Dundee, Écosse, Post Diploma
1980 – 84 Duncan of Jordanstone College of Art, BA (Avec les Honneurs, First Class)
Exposition
II expose au Royaume-Uni (Londres, Édimbourg, Dundee et Glasgow), en Corée du Sud et au Japon (Tokyo, Kyoto et Osaka)
Récompenses
2013 Prix du Hope Scott Trust
2005 Artiste en résidence sur une période de 5 semaines au MAPRA, Lyon, France, via le programme d’échange Japon / EU People to People
2003 Artiste en résidence sur une période de 4 mois, Pittencrieff House Museum and Fife Dunfermline Printmaking Workshop, Dunfermline, Écosse, fondé par le Scottish Arts Council et le Carnegie Trust
2002 Prix d’Arts Visuels du Conseil d’Arts écossais de Dundee
Premier Prix du “Salon d’été d’Angus” du Conseil d’Angus
Second Prix, Glaxo Smith Kline “Une Célébration Dans l’Art”
Studio d’Impression d’Art Contemporain de Dundee « Print Open 2002 », Université d’Abertay Prix d’Arts Visuels (Purchase Prize)
1991 Prix du président, Exposition Bi-Ten, Kyoto City Museum, Prix de Calligraphie Libre sponsorisé par le Ministère de l’Education, de la Science et de la Culture du Japon
1990 Prix du Nouvel Artiste, Exposition Bi-Ten, Kyoto City Museum
1986 – 89 Ministère de l’Education, de la Science et de la Culture du Japon, Bourse de recherche
1984 Prix de la foundation Elizabeth Greenshields, Canada
Collections privées et Publications
Collections au Japon, Canada, Royaume-Uni, en Corée du Sud, France, Autriche, Allemagne et aux États-Unis
Campbell Sandilands a été publié dans plusieurs magazines dont “Printmaking Today” et plus récemment “Culture Ocean”, un magazine d’arts sud-coréen
Encre84 x 54 cm

Serge SAUNIÈRE

Serge SAUNIÈRE
Extrait de l’exposition du 16 mars au 6 mai 2017

Loin, très loin, à des années lumières du tapage et des fracas, Serge Saunière explore l’infini, l’immatériel, l’ineffable. Du grand vide lumineux aux ténèbres profondes, tout est silence, tout est distance. Voyageur solitaire, il s’empare du moment qui passe, l’arrête un instant et, dans un souffle, nous en restitue la quintessence.
Proche de l’ascèse, maître du noir et blanc, il entre-ouvre la porte de l’extrême orient, celle de l’intemporel, de l’indicible. Son œuvre, toute empreinte de spiritualité, magistralement maîtrisée, vient compléter celles de ses prestigieux prédécesseurs de la deuxième partie du XXème siècle: de Degotex, Marfaing, Soulages.

Michèle DESTARAC

Biographie

Né en 1947 à la Grand Combe, Gard.  Vit et travaille à Pontault-Combault, Île-de-France.

Études
1972 – 79 École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris
Diplôme Supérieur d’Art Plastique : option, Dessin, Gravure-Taille-Douce, Peinture
Lauréat du Prix Fondation Albéric Rocheron
1980 – 85 Bourse d’étude du Ministère français des affaires étrangères : Maîtrise-Doctorat  “la Peinture traditionnelle japonaise” de l’Université des Arts de Tokyo, sous la direction du prof. Ikuo Hirayama
Bourse de la Fondation du Japon : “Recherches sur les techniques de fabrication des supports traditionnels japonais” de l’Université des Arts de Tokyo sous la direction de Ikuo Hirayama, Kei Terauchi, Yoshiteru Nomura
1986 – 88 Pensionnaire de la Maison Franco-Japonaise de Tokyo
Recherches sur les matériaux, les papiers et les soies
Expositions personnelles récentes
2017 GALERIE 48, Lyon
2016 MAC Paris 2016 : Manifestation d’Art Contemporain, Espace Champeret, Paris
2015 Théâtre Charles Dullin, Le Grand Quevilly, Rouen, invité d’honneur
Cap sur les Arts, Perros-Guirec, Bretagne, invité d’honneur
2014 Mac Paris 2014,  Espace Champeret, Paris
Salon des Beaux Arts des Garches, Mairie de Garches, invité d’honneur
2013 Musée d‘art et d’histoire de Meudon avec Bertrand CREAC’H
Médiathèque de Meudon la Forêt
Galerie Terres d’Écritures, Grignan
2012 Victoria’s Gallery, Paris
2011 Centre d’Arts Plastiques Albert Chanot, Clamart
2010 Mac Paris 2010,  Espace Champeret, Paris
Galerie Ka & Nao, Grenoble
Expositions collectives récentes sélectionnées
2016 “Entre noir et blanc ” Galerie Art Aujourd’hui, Paris
2015 Scènes d’Estampes, Château du Val Fleury, Gif sur yvette et Mairie du 5ème, Paris
2014 Le Salon des réalités nouvelles, Paris et Pekin en Chine
Galerie Art Aujourd’hui, Paris
“Les âmes en résonances”, Takamatsu, Japon
2014-12 Salon des Réalités Nouvelles, Paris
2014-08 Art Capital Comparaisons, Grand Palais, Paris
2013-12 “Mosaïques”, Pont St Marie
2013 Carte blanche à Christian NOORBERGEN, Galerie SCHWAB BEAUBOURG, Paris
2012-08 Salon des Beaux Arts de Garche, Hôtel de ville de Garche
“Regard sur une collection ”  Gautier & Co, Centre d’art Albert Chanot, Clamart
2011 “Un souffle venu d’Asie” Abbaye de Beaulieu, Tarn et Garonne
2010 “20 ans de la maison, Éditions Voix d’Encre” Bibliothèque d’études et d’information, Grenoble
Collections publiques
Bibliothèque Nationale de France ( Cabinet des Estampes )
Figures dans plusieurs bibliothèques en France
Collection Gautier & Co
Publication sélectionnées
2013 “Lire écrire” texte de Charles Juliet,  éd. Voix d’Encre
2010 “Abécédaire d’une carpe”poèmes de Alain Blanc, éd. Voix d’Encre
“Écrire et peindre au dessus de la nuit des mots”   éd. Voix d’Encre
2005 “Diptyque avec une ombre” poème de Jacques Ancet, éd. Arfuyen
2003 “De la montagne et des premiers jours”poèmes d’Alain Blanc, éd.Voix d’Encre
2002 “Onze vues des Pyrénées” texte de Kenneth White, éd. Voix d’Encre
1996 Gravure “Chine Arabie”  BPI, Centre George Pompidou
Illusion ontologique

Mitsuharu SAWADA

Illusion Ontologique
Extrait de l’exposition du 18 octobre au 24 novembre 2012

Illusion Ontologique

“Ma recherche se fonde sur une vision de l’existence qui est en connexion avec l’univers dans lequel évolue ma création artistique. J’exprime de manière concrète des éléments d’abstraction qui servent de base à mon inspiration.
Mon but ultime est de formaliser de façon picturale des concepts qui concilient un équilibre entre idéalisme et réalité.  Mes sources d’inspiration se trouvent dans une transcription d’éléments naturels qui servent de points d’ancrage à la rencontre du temps et de l’espace que j’invite dans toutes mes créations.

“Ma vision de l’art repose sur l’illusion ontologique”

Il faut être la tête vide dans une posture méditative face au mur blanc.  Il n’est pas facile de méditer. Il faut savoir laisser entendre le temps qui passe et même accepter le surgissement  de quelque chose. Une chose qui semblerait sortir du mur ou du tableau comme une idée. Mais c’est le regard qui lui donne son existence. Cette chose n’est pas dans le tableau, elle naît du regard de l’homme qui donne la valeur aux choses. Je laisse agir une dimension psychologique comme un résultat naturel et spontané…..”

Mitsuharu Sawada

Biographie

Né en 1947 à Osaka, Japon. Vit et travaille à Paris.

1965 Université des Beaux-Arts de Kyoto (Japon)
1978 Diplôme de l’Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles (Belgique)
1981 – 1984 Professeur de peinture – l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Namba (Japon)
1993 – 1994 Professeur de peinture – Centre Culturel franco-japonais, Paris
1998 – 2001 Professeur de peinture – Université d’Hiroshima (Japon)
Prix
1995 Médaille d’Or – Prix International des Arts Plastiques d’Unet (France)
1994 Premier Prix de Peinture – Concours international d’Europe prix décerné à l’issue d’un concours auquel sont invités à participer
1993 Invité d’honneur de la Principauté de Monaco au Prix International d’Art Contemporain de Monte-Carlo
Grand Prix de Peinture avec mention, attribue par le jury de Sarreguemines
Premier prix de peinture de la ville d’Othis (France)
1992 Prix international HOF DE BIST’20 à Anvers (Belgique)
Premier prix de peinture international d’Agachi à Milan et invite d’Honneur
1990 Grand prix de peinture avec mention, attribué par le jury du Prix International d’Art Contemporain d’Ostende (Belgique)
Prix de peinture international, Vitry
1983 3e prix de Nichido, Tokyo
Premier prix de peinture, Kyoto
1978 Prix d l’Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles
1973 3e prix international d’Art Contemporain, Tokyo
Collections
Musée de Sarreguemines, France
Musée de Lovere, Italie
Musée de Bergame, Italie
Musée de Kure, Hiroshima, Japon
Musée de Kameya, Japon
Foret changeante

Tatsuhiro SUIZU

Nouvelle direction de la peinture japonaise
Extrait de l’exposition du 16 mai au 29 juin 2019

Accrochage de printemps
Extrait de l’exposition collective du 21 mars au 4 mai 2019

Dialogues avec les aînés
Peinture japonaise traditionnelle par deux jeunes peintres nippons
Extrait de l’exposition du 19 mai au 2 juillet 2016

Au 13eme siècle, *un moine japonais a envoyé une lettre à une ile pour nouer une relation avec elle. Quelle curieuse idée ! Mais aujourd’hui cela me parait une anecdote très suggestive.
L’homme sociable cherche la relation avec les ‘autres’, fussent-ils différents de ‘lui’. Dans ces jours d’efforts pour une société durable et pour faire face aux problèmes environnementaux, pourquoi ne pas étendre ce concept des ’autres’ à la nature ?
Comment se confronter à la nature ? Je ne peux lui envoyer ma lettre.
La culture japonaise, celle de mon éducation artistique, a toujours jeté un regard particulier sur la nature. Pourtant je n’ai pas encore saisi la clef, mais par mon expérience et à travers mes peintures, je souhaite gagner le droit à cette confrontation.

*Myoé Shônin (1173 – 1232 )

Tatsuhiro SUIZU
Mai 2019

Biographie

Né à Hiroshima, Japon en 1987.

2013 Master en peinture japonaise de l’Université des arts de Tokyo
2011 Licence en peinture japonaise de l’Université des arts de Tokyo
Expositions personnelles
2019 “Nouvelle direction de la peinture japonaise” Tatsuhiro Suizu et Shigemi Yasuhara, GALERIE 48, Lyon
2016 “Dialogues avec les aînés” Tatsuhiro Suizu et Shigemi Yasuhara, GALERIE 48, Lyon
2015 Pièces Exhibition, Gallery Goto, Tokyo
2014 L’espoir 2014 Tatsuhiro Suizu, Ginza Surugadai Gallery, Tokyo
Expositions collectives sélectionnées
2019 “Accrochage de printemps”, GALERIE 48, Lyon
Japonismes 2018 “Tradition et transmission”, Médiathèque de Chamonix-Mont-Blanc, France
La Nouvelle Vague de la peinture Japonaise, Bunkamura Gallery, Tokyo
2018 tobi ART FAIR, Tokyo Art Club, Tokyo
“Tradition et transmission”160ème anniversaire des relations entre la France et le Japon, Hôtel de Ville de Lyon, Hôtel de Ville de St Étienne, Lyon Mairie du 3ème,France
FACE 2018, Seiji Togo Memorial Sompo Japan Nipponkoa Museum of Art, Tokyo
2017 “5th Oka-Sho Sakura Award” Exhibition, Sato Sakura Museum, Tokyo
2016 Yamatane Museum of Art NIHONGA AWARD : Seed 2016, Yamatane Museum of Art, Tokyo
2015 FACE 2015, Seiji Togo Memorial Sompo Japan Nipponkoa Museum of Art, Tokyo
2014 INTEN* Printemps, Institut d’art du Japon, Tokyo
2013 INTEN* Saiko, Institut d’art du Japon, Tokyo
2012 INTEN* Printemps, Institut d’art du Japon, Tokyo

*INTEN : Exposition et Concours historique de peinture japonaise après sélection préliminaire organisé par l’Institut d’art du Japon.

Collection
Privées : Au Japon et en France
Publique : Université des arts de Tokyo
Unwanted Plant, Livre III

Motoko TACHIKAWA


Réflexion(s)
Extrait de l’exposition du 24 janvier au 2 mars 2019

Choix de petits formats
Extrait de l’exposition collective du 5 novembre au 23 décembre 2016

dialogue entre peinture, gravure et livres d’artiste
Extrait de l’exposition du 6 novembre au 23 décembre 2014

Peintures – dessins – livre d’artiste
Extrait de l’exposition du 8 septembre au 13 octobre 2012

Je travaille depuis deux ans à l’élaboration d’une série de tableaux et de livres d’artiste intitulés « Unwanted Plant » : les plantes déracinées. J’ai d’abord arraché des plantes considérées comme « de la mauvaise herbe », dont généralement les noms nous sont inconnus. Puis je les ai scannées de la fleur à la racine, dans mon atelier, en respectant chaque feuille, chaque brindille. Enfin je les ai couchées dans un livre en accordéon ou sur une toile , elles sont si grandes et si belles… Quand j’y songe, les « mauvaises herbes » ne sont pas les seules indésirables ou sans racines dans notre monde…

Motoko Tachikawa
Janvier 2019

Quand la croisée des cultures sollicite l’imaginaire d’un destin fort, la créativité donne naissance à des œuvres qui fédèrent des signes d’une richesse profonde.
De ses peintures cousues aux monotypes, de ses estampes et motifs gravés à ses livres d’artistes imprimés sur métal ou en édition numérique, Motoko Tachikawa nous entraîne au sein d’un univers qui mêle le végétal, minéral, à la recherche des lieux de vie ou de voyages.

Christophe Comentale
Art & Métiers du Livre N°276 – Extrait de ” Motoko TACHIKAWA,
dialogue entre peinture, gravure et livres d’artiste”

Biographie

Artiste plasticienne japonaise. Vit et travaille à Paris.

1980 – 1986 Études à l’École des Beaux-Arts de Besançon et de Paris
1985 Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique, L’ École des beaux-arts de Besançon
Expositions récentes sélectionnées
2019 “Réflexion(s)” GALERIE 48, Lyon
2018 Médiathèque Landowski, Bilogne-Billancout
8th International Artist’s Book Triennial, Vilnius, Lituanie
Leipzig Book Fair, Allgmagne
Invitée au Salon d’Automne, Paris
2017 – 16 Marché de la Poésie, Paris
2016 “Livres en Mai” Espace Paul Fort, Paris
Éditions L. Mauguin, Paris
2015 Galerie Mansart, Paris
Sheffield International Artist’s Book Prize Exhibition, Royaume-Uni
2014 “dialogue entre peintures, gravures et livres d’artiste” GALERIE 48, Lyon
“Personal Histories” Redland Museum, Australie
2013 “Végétal(es)” Galerie Toutes Latitudes, Vincennes
“Art Square” Salon du livre de Paris
“Autres Rives, Autres Livres” Thionville
2012 GALERIE 48, Lyon
Bibliothèque de la Maison de la recherche, Université Paris-Sorbonne, Paris
Galerie François Mansart, Paris
Minnesota Center for Book Arts, Minneapolis, États-Unis
tous les ans depuis 2010, Salon de bibliophile contemporaine “Pages” Paris
Prix et Séjours
2018 Mention Honorable, 8th International Artist’s Book Triennial, Vilnius, Lituanie
Prix des Amis du Salon d’Automne, Paris
2015 Séjour à Londres avec une bourse de l’Agence des Affaires Culturelles du Gouvernement Japonais
2012 Séjour à Cill Rialaig Residence for Artists, Irlande
2005 Séjour à Cill Rialaig Residence for Artists, Irlande
2001 Prix du jury international, Art & Science, Musée National de Pékin
2000 Prix de la Ville de Champiny-sur-Marne, Biennale d’Art Contemporaine
2ème Prix : Prix d’excellence Hydro-Québec, Biennale Internationale d’Estampes, Montréal, Canada
1996 Prix Charles et Christiane Oulmont, Fondation de France
1993 Prix de la Ville de Nice, Biennale Méditerranéenne, Nice
1988 – 89 Séjour à la Cité Internationale des Arts, Paris
Collections
Bibliothèque Nationale de France – Paris
Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou – Paris
Fonds patrimonial Heure Joyeuse, Médiathèque Françoise Sagan – Paris
Fondation Florence – Paris
Bibliothèque Forney – Paris
National Art Library, Victoria & Albert Museum – Londres
Wellcome Museum – Londres
Bank Street Arts, Sheffield (Royaume-Uni)
Bibliothèque Cantonale Universitaire de Lausanne (Suisse)
Cill Rialaig Project, Co Kerry (Irlande)
Bibliothèque Ulysse Captaine – Liège (Belgique)
Szent István Múzeum (Hongrie)
Hydro-Québec de Montréal
Redland Museum – Queensland (Australie)
Galerie de la Ville de Tallinn (Estonie)
Musée d’Art Moderne de Canton (Chine)
Académie des Beaux Arts de Luxun (Chine)
Tama Art University Museum – Tokyo
Bibliothèque d’Aix-en-Provence
Bibliothèque Municipale – Auxerre
Bibliothèque Municipale – Boulogne-Billancourt
Bibliothèque de Dijon
Bibliothèque de Dunkerque
Médiathèque de Joué lès Tours
Bibliothèque municipale – Landivisiau
Artothèque du Jura – Lons le Saunier
FILAC(Fonds International du Livre d’Artiste et de Création) – Marseille
Conseil Général de Martinique
ATRIUM, Centre Culturel Départemental de la Martinique
Médiathèque municipale – Mérignac
Bibliothèque de Mulhouse
Médiathèque des Ursulines – Quimper
Bibliothèque de Riom Communauté
Médiathèque départementale de Seine et Marne
Médiathèque de Strasbourg
Bibliothèque Municipale de Thionville
Notre-Dame de Paris

Mieko TADOKORO


Réflexion(s)
Extrait de l’exposition du 24 janvier au 2 mars 2019

Vie Silencieuse – Photographie au sténopé
Extrait de l’exposition du 21 mai au 4 juillet 2015

“Réflexion(s)”

Le reflet est parfois si capricieux qu’il échappe facilement à notre rétine. Pour qu’il se dévoile, comme sous un regard attentif, et s’impressionne sur un film je recours à une boîte magique pourvue d’un trou minuscule qui s’appelle le STÉNOPÉ.
Cet appareil photo, démuni de viseur, ne peut être dit comme un prolongement de l’œil humain mais il s’avère un complice de captures d’inattendus, qui se révèleront quelques temps après, au développement. Au lieu du déclic instantané d’un reflex, la lumière perce les ténèbres lentement et silencieusement au travers de ce petit trou, pour calmement, comme les ondes à la surface de l’eau, confondre la perspective sur la plaque. Toute ma réflexion précède la prise de vue puis j’attends qu’elle se révèle dans la cuve de ma chambre noire. La complicité entre la réflexion et le sténopé me fascine toujours.

Mieko TADOKORO
Janvier 2019

Biographie

Née en 1952 à Tokyo, vit et travaille à Tokyo.

Mieko Tadokoro, sténopiste japonaise, a appris la photographie au sténopé au musée Nicéphore Niépce de Chalon-sur-Saône en 1990. Depuis elle photographie principalement Paris et expose au Japon et en France. Elle s’engage dans la promotion du sténopé en donnant des cours dans les musées, centres culturels, écoles, etc., et au travers de différents médias comme des programmes TV et des magazines japonais. Ses 2 manuels* ont incité de nombreux japonais à s’essayer à cette technique. Les lycées japonais des beaux-arts adoptent ses photographies au sténopé de 2007 à 2010 dans leurs livres scolaires.

Membre de l’Association pour la Photographie Ancienne et ses Techniques (A.P.A) depuis 1995 / Marraine de la première année du CAP photo du Lycée Professionnel Quinault, Paris, 1999-2000 / Présidente de « Japan Pinhole Photographic Society », l’association des amateurs du sténopé.

Bibliographie : Manuels* « Photographie au sténopé », Bijutsu Shuppan-sha, Japon, 1993
« Prendre une photographie au sténopé », Ondori-sha, Japon, 1998
Livres de photos : « Hariana-no-Paris » (Paris au sténopé), Kawade Shobo Shinsha, 2006 « Ichiyo ni Aitakute (I want to meet Ichiyo) », Kawade Shobo Shinsha

Expositions personnelles
2019 “Réflexion(s)” GALERIE 48, Lyon France
2018 “Paris, Another Point of View” Gallery Bauhaus, Tokyo
2016 “SHOW-WINDOWS/PINHOLE PHOTOS” Monochrome Gallery Rain, Tokyo
“Les trente-six vues sténopéiques de la Tour Eiffel” Jike Studio, Yokohama
2015 “VENEZIA / FORO STENOPEICO” Monochrome Gallery Rain, Tokyo
“La vie silencieuse” GALERIE 48, Lyon, France
2013 “Paris Autrement” L’Agnes Hotel, Tokyo
2012 “Tableau et Table” Hyatt Regency, Tokyo
“Paris imparfait” Jike Studio, Kanagawa, Japon
Mieko Tadokoro’s “A Retrospective” Art Chamber Gallery, organisée par Goa Centre for Alternative Photography, Goa, Inde
2007 “I want to meet Ichiyo” Pola Museum Annex, Tokyo
2006 “Natures Mortes” Pola Museum Annex, Tokyo
2005 “Réflexions Parisiennes” parrainée par l’Ambassade de France au Japon, Pola Museum Annex, Tokyo
2003 “First Pinhole Photographs” Y’tsu Gallery, Kitakamakura, Kanagawa,Japon
“A Pas de Nain” Kodak Photo Salon, Tokyo
2002 “Paris, Passage Pinhole” Maison Franco-Japonaise, Tokyo
2001 Gallery O Kobo, Tajimi, Gifu, Japon
Kodak Photo Gallery, Hiroshima, Japon
2000 “Natures Mortes, Marche de Paris” Doi Photo Plaza Shibuya, Tokyo
“Natures Mortes, Marche de Paris” Kodak Photo Salon, Tokyo
“Paris, Passage Sténopé” Association Passages et Galeries, Paris
1999 “Réflexions Parisiennes” Librairie Jousseaume, Galerie Vivienne, Paris
1998 “Photographie au sténope de Mieko Tadokoro” parrainée par l’Ambassade de France au Japon, Le Printemps Ginza, Tokyo
“Le Cimetière du Père Lachaise” en duo, Kodak Photo Salon, Tokyo
1997 Grand Magasin Tokyu Kichijoji, Tokyo
T3 Gallery, Tachikawa, Tokyo
1995 “Another Point of View – Paris” Kodak Photo Salon, Tokyo
1993 “Paris vu d’un petit trou” Fuji Photo Salon, Tokyo
Expositions collectives
2018 “LIFE II” Gallery bauhaus, Tokyo
2017 “LIFE” Gallery bauhaus, Tokyo
“Poetics of Light traveling exhibition” National Media Museum in Bradford, Royaume-Uni
2016 “Summer Session 2016, Eight Artists” Monochrome Gallery Rain, Tokyo
2015 “Gallery Rain opening exhibition” Monochrome Gallery Rain, Tokyo
2014 – 15 “Poetics of Light” The New Mexico History Museum, Santa Fe, États-Unis
2012 “Flou(s) Artistique(s)”, Yotsuya Portrait Gallery, Tokyo
2006 – 18 Expo Annuelle sténopé, Japan Pinhole Photographic Society, Tokyo
2005 Expo Annuelle sténopé, Japan Pinhole Photographic Society, Kyoto
2004 “Paris vu par les photographes japonais” White Room Gallery, West Hollywood, États-Unis
2003 Exposition de Polaroid Pinhole Photos, Tokyo
2002 “Visionaria 2002” Siena, Italie
2000 “Paris sous le thème de Fleurs” Galerie Mise au Point, St Genis Pouilly
“Sténopé photographie 1855-2000” Bibliothèque Municipale de Lille
1999 “Procédés Oubliés” (Exposition de l’A.P.A.) Galerie Mister Brown, Paris
1998 “Le Cimetière du Père Lachaise” Kodak Photo Salon, Tokyo
1997 “Procédés Oubliés” (Exposition de l’A.P.A.) Novotel, Charenton-Paris
1993 “Camera Obscura” Musée Hongrois de la Photographie, Keckskemet
Collections publiques
Musée Métropolitain de la Photographie de Tokyo
Pinhole Resource Collection, The New Mexico History Museum, Santa Fe, États-Unis
La mer ce soir

Richard TEXIER

Gravures d’aujourd’huiSix artistes contemporains
Pierre ALECHINSKY – Hervé DI ROSA – Speedy GRAPHITO – Carl-Henning PEDERSEN – Gottfried SALZMANN – Richard TEXIER
Extrait de l’exposition du 10 septembre au 29 octobre 2016

Richard TEXIER

Biographie

Né en 1955 à Niort (Deux-Sèvres). Vit et travaille à Paris.
Partage son enfance entre le littoral atlantique et le marais Poitevin.
Nomade, les résidences et ateliers à travers le monde sont autant d’occasions de peindre, sculpter, créer des tapisseries, de réaliser des films pour des expositions ou des commandes publiques.

Jours heureux

Toko TOKUNAGA

Au – delà des rivagesL’intersection de la lumière et de la structure
Extrait de l’exposition du 16 septembre au 4 novembre 2017

Choix de petits formats
Extrait de l’exposition collective du 5 novembre au 23 décembre 2016

Hasard et Nécessité
Extrait de l’exposition du 19 mars au 16 mai 2015

Les possibles offertes par la forme géométrique

Les superpositions de tissus colorés semblent se balancer dans le vent. Et laissent entrevoir de la lumière de l’autre côté. Parfois, celle-ci se concentre en un halo lumineux mouvant. Et l’on peut se demander si elle n’est pas d’un autre monde. La peinture de Toko Tokunaga laisse notre imagination courir librement, tout en nous laissant un sentiment de frustration qu’elle n’en montre pas plus. Mais n’est-ce pas un trait du caractère japonais ?
Les points, les lignes, les surfaces sont justes des éléments géométriques fictifs qui ont perdu leurs dimensions propres. Mais Toko Tokunaga sait que ces éléments vont échapper aux intentions de l’artiste, pour devenir des représentations de bien différentes tailles et formes de ses expériences et de ses souvenirs. Ainsi Toko Tokunaga ne se préoccupe plus de l’image, tout en poursuivant inconsciemment une vive mise en forme de sa mémoire : elle jouit de sa peinture.
Que de mystères nés du pouvoir de façonnage de l’artiste, splendide fusion de son identite japonaise et des fruits de 17 ans recherches parisiennes.

Taizai MIZUKAMI 2017
Professeur de peinture à l’huile
Université d’art de Musashino, Tokyo

Le thème principal de mon travail est la mémoire, ses éléments picturaux et ses gestes. Ces dernières années, j’essaie de visualiser en couleur les fragments de mémoire qui flottent dans l’esprit des hommes. Je les ai capturés, je les ai mémorisés, avec l’idée de construire des visuels du monde de la mémoire qui ne peuvent être exprimés avec des mots.
Pourquoi ai-je choisi la couleur comme un des éléments essentiels de ma création ? Parce que mes expériences créatives m’ont permis de ressentir le sentiment concret de puissance et le pouvoir de persuasion de la couleur. J’utilise la peinture vinylique < Flashe > de Lefranc & Bourgeois sur une « toile coton semi-absorbante » préparée par mes soins.
La concordance et la réciprocité entre mon matériel et le thème de la mémoire devient un élément essentiel à ma création. Aujourd’hui, à travers ma peinture, je constate que les matériaux et les thèmes expriment toujours mieux, toujours plus, leur cohérence.

Toko Tokunaga 2017

Biographie

Née à Tokyo au Japon en 1967, vit et travaille à Tokyo, après avoir résidé en France de 1991 à 2007.

1995 École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, Diplôme DNSAP
Atelier Claude VIALLAT, Atelier Henri CLEMENT et Monique PONCELET, Atelier Pierre CARRON
1991 Université des Arts de Musashino, Tokyo, Licence d’Arts Plastiques
Prix
2008 Prix IBERICA, NY Coo Gallery, New York, États-Unis
2001 Reçu de l’aide de projet soutenu par la Fondation d’art POLA, Tokyo, Japon pour «Mémoire de la couleur au Moyen Age dans le Sud de la France »
1993 Prix de Dessin Pierre David-Weill, Académie des Beaux-Arts, Paris
Expositions récentes
2019 “Accrochage de printemps” GALERIE 48, Lyon
“CROSCURRENT The 5th US-JAPAN “Tokyo Metropolitan Museum, Japan
2018 “Fragrance” Koshundo Gallery Kofu,Yamanashi, Japon
Galerie Kinasa Irohado,Nagano Japan
“Site d’ Intersection” Sakuragi Fine Arts, Ueno,Tokyo, Japan
“Mémoire vol 12 – Éclat de couleur” MARUZEN Galley exposition depuis 2007, Marunouchi,Tokyo, Japon
2017 “Au-delà des rivages” Toko Tokunaga et Joseph PIASENTIN, GALERIE48, Lyon, France
LA ARTCORE Brewrey Annex, Los Angeles, États-Unis
2016 “Choix de Petit forma”, GALERIE48, Lyon, France
“Strip” Sakuragi Fine Arts, Ueno, Tokyo, Japon
2015 “Space of restructuration” MARUZEN Gallery, Marunouchi, Tokyo
“Hasard et Nécessité” GALERIE 48, Lyon, France
2014 LA Artcore Union Center of the Arts, Los Angeles, États-Unis
2013 “Kioku-Horizon” Sakuragi Fine Arts, Ueno, Tokyo, Japon
2012 “Hanayagu Shikisai” Pola Museum Annex, Ginza, Tokyo
2010 “150 artistes réinterprètent les 150 ans de l’Angélus de Jean François Millet” Espace Culturel Marc Jacquet, avec installations dans toute la ville de Barbizon, France
Collections publiques
Christian Fischbacher, Editeur textile, Saint-Gall, Suisse
IBERICA Clinical Research Center, New York, États-Unis
Komine Clinic, Tokyo, Japon
Consulat d’Italie à Nice, France
Musée Goya, Castres, France
Bibliothèque nationale de France, Paris, France
Poh-Chang Academy of Arts, Bangkok, Thaïlande
Burapha University, Bang Saen, Chonburi, Thaïlande
Ibaraki Kyosai, Koga, Ibaraki, Japon
Bensse Style Care Co., Ltd, Tokyo, Japon
Osaka Gakuin University, Osaka, Japon
Collections privées
en France, au Japon, aux États-Unis, en Suisse et en Thaïlande
Water in a cove

Kate VAN HOUTEN

Dialogue d’artistes, Paris-Ôsaka, Ôsaka-Paris
Extrait de l’exposition du 8 septembre au 27 octobre 2018/p>

Tout ce dont j’ai besoin pour travailler, c’est la simple vue de ce qui m’entoure, au-dessus de moi, en-dessous. Dans mon for intérieur, la complexité et l’immédiateté des pensées, des inspirations, des images virtuelles n’aspirent qu’à être débloquées. Dans cette logique, ils deviennent une peinture, une aquarelle, une plaque gravée, un livre, une pierre taillée, quelque chose de tangible pour en laisser une trace.

Kate VAN HOUTEN

Kate Van Houten suit des études de sculpture en Italie, à Milan. Suite à sa formation en Europe, elle passe par Paris et apprend la gravure sur cuivre et sur zinc ainsi que la sérigraphie dans l’Atelier 17. Elle pratique la gravure, les peintures, le dessin, les livres d’artiste. Dans les années 1990, un nouveau terrain s’ouvre à elle avec la pierre. Sa sculpture est façonnée en découvrant la forme de la pierre. Kate Van Houten explore la forme et la terre avec plusieurs moyens d’expression. Elle épouse à Paris l’artiste japonais Takesada Matsutani et se considère au carrefour de trois cultures : américaine, européenne et japonaise.

GALERIE 48

Biographie

Née dans le New Jersy aux États-Unis en 1940. Vit et travaille à Paris.

1958 – 61 Western College for Women, Miami University, Ohio, Etats-Unis
1963 – 65 Academia de belle Arte, La Bera, Milan, Italie
1967 Entrer dans l’Atelier 17, atelier de gravure dirige par Stanley Wiliam Hayter à Paris
1970 Ouvre, avec une amie, Lorna Taylor, un atelier de sérigraphie dans Paris 14eme. Takesada Matsutani y participera plus tard.
1996 Crée Estepa Editions comme véhicule de collaboration avec des artistes, des écrivains et des traducteurs
Bourse
2001,1999 Résidence à la Fondation D.A.N.A.E, Gijon, Espagne
1996,95,93 Stone Cutting Workshop, Stockholm Accademy, Gotland, Sweden
1994 Résidence à Nikko, Yamanashi, Japon
Résidence à la Fondation D.A.N.A.E. Janac, France
1985 Women’s Studio Workshop, The Artist’s Book Residency, New York, États-Unis
Expositions personnelles 2018 – 1996 ( sélection )

Depuis sa première exposition en 1968 à la Galerie Zunini à Paris, Kate Van Houten n’a cessé d’exposer en France, au Japon, aux État-Unis et en Europe dans diverses galeries.

2018 “Matsutani – Van Houten, Dialogue d’artistes, Paris-Ôsaka, Ôsaka-Paris” GALERIE 48, Lyon, France
Despalles Editions, Paris, France
2017 “Unlocking” Gallery Yamaki Fine Art, Kobe, Japon
2014 Eliane Fervet, Paris, France
2012 “Other Horizons” American University of Paris, France
2011 Galerie 49, Saumur, France
2009 LADS Gallery, Osaka, Japon
2007 Kaneko Art Gallery, Tokyo, Japon
2006 LADS Gallery, Osaka, Japon
2005 “Kate Von Houten»” Atelier 36, Charleroi, Belgique
2002 “Pierre. Plâtre. Dessin” Kaneko Art Gallery, Tokyo, Japon
2001 “Une pièce nomadique” LADS Gallery, Osaka, Japon
Gallery Tamura, Hiroshima, Japon
1999 “Cosmogonie” Fondation DANAE, Gijon, Espagne
1998 Loro Gallery, Kakogawa, Japan
1997 “Pulsations”, Le centre d’arts plastiques Albert Chanot, Clamart, France
Kaneko Art Gallery, Tokyo, Japon
1996 Galleri Bäkalyckan, Mariana Manner & Kate Van Houten Jönköping, Suède
Expositions collectives 2018 – 2006 ( sélection )
2018 Shefter Gallery, Cracow, Pologne
2016 Fredrick Müller Gallery, Franckfurt, Allemagne
2015 JARFO ART FORUM, Kyoto, Japon
2014 Handmade Books, Pace Université & Université de Wyoming, États-Unis
2012 Outotsu et ses invites, Cite des arts international, Paris, France
2011 Artists’ Books from Women’s Studio Workshop, New York, États-Unis
2010 “L’Amour de Goya” Galerie GPE, Paris, France
“Texto-Images” San Jose Costa Rica et San Francisco, États-Unis
2008 “Albâtre” Symposium et Exposition itinérante, Volterra, Italie
2007 “3 European women” Don Soker Gallery, San Francisco, États-Unis
2006 Don Soker Gallery, San Francisco, États-Unis
Expositions internationales d’estampes
2017 Impressions depuis Paris, Siauliai, Lituanie
2007,03 Chamalier, Auvergne, France
1996 4th Biennial of Graphic Art, Belgrad
1995 Biennale Internationale, Bhopal, India
1984 Norsk Biennale Internationale, Oslo, Norvège
1983 Biennale Internationale, Taipei, Taiwn
1981, 77, 71 Biennale Internationale d’Art Graphique, Ljublijana, ex-Yougoslavia
1980 Biennale Internationale, Florence, Italie.
3ème Biennale at Conde-Bonsecours, Belgique
1978,76,74 Biennale Internationale d’Art Graphique, Cracow, Pologne
1972 L’estampe à la Biennale de Venice, Italie
Biennale, Bradford, Royaume-Uni
Paris Grand Prix, Galerie du Haut-Pavé, Paris, France
Collections publiques
France Musée Municipale de la Ville de Paris
Ministère des Affaires Culturelles
Bibliothèque Nationale de Paris (Cabinet d’Estampes)
Musée du Patrimoine, La Roche sur Yon, France
Bibliothèque de Gagny, Gagny
Assistance Publique, Paris
Collection Doucet, Paris (livre d’artiste)
États-Unis Free Libraries of Boston and Philadelphia & New York.
The Chase Manhattan Bank. New York
New York Public Library, New York
Scripps, New York
Stanford University, Califorinia
Tampa Museum, Florida
Library of Congress, Washington, D.C.
Europe Centre de la Gravure et de l’Image Imprimée, La Louvière, Belgique
Bibliothèque Royale de la Belgique, Belgique
Graphisme Sammlung de ETH, Zurich, Suisse
Gutenberg Museum, Mainz, Allemagne
Leeds Library of Art, Leeds, Royaume-Uni
Victoria & Albert Museum de Londres, Royaume-Uni